Le timbre anti-tuberculeux : Différence entre versions

De www.wikiarmor.net
 
(2 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 4 : Ligne 4 :
 
L’emblème de la lutte contre la tuberculose fut la Croix de Lorraine (rouge sur fond blanc), choisi sur proposition du docteur Serviron (un Français) lors d’une conférence internationale à Berlin en 1902. Le symbole se voulait fort en adoptant une croix portée lors de l’entrée des  Croisés à Jérusalem en 1099 …  
 
L’emblème de la lutte contre la tuberculose fut la Croix de Lorraine (rouge sur fond blanc), choisi sur proposition du docteur Serviron (un Français) lors d’une conférence internationale à Berlin en 1902. Le symbole se voulait fort en adoptant une croix portée lors de l’entrée des  Croisés à Jérusalem en 1099 …  
 
La France ne se rallia à ce type d’opération qu’en 1925, d’abord en Meurthe-et-Moselle ; outre les bureaux de poste, les timbres antituberculeux étaient vendus chez des commerçants et au porte à porte par les enfants des écoles.
 
La France ne se rallia à ce type d’opération qu’en 1925, d’abord en Meurthe-et-Moselle ; outre les bureaux de poste, les timbres antituberculeux étaient vendus chez des commerçants et au porte à porte par les enfants des écoles.
 +
 +
[[Image:Timbre 1.jpg]]
  
 
Ce fut un succès, 2 600 000 timbres à dix centimes furent vendus en peu de temps. L’année suivante une dizaine de départements suivirent cet exemple et en 1927 l’opération prit une dimension nationale avec un timbre «  Baiser du Soleil ». Il en fut vendu 138 millions de timbres.  Tous les ans les enfants des écoles allaient ainsi au devant de la population afin de récolter des fonds. Jusqu’à ce que la tuberculose ne soit plus qu’un lointain souvenir. Dans les années 1960- 1970 l’impact de ce type de campagne diminue fortement en parallèle avec l’impact des campagnes de prévention et de vaccination.  Une nouvelle approche s’impose en mettant l’accent sur les maladies respiratoires…
 
Ce fut un succès, 2 600 000 timbres à dix centimes furent vendus en peu de temps. L’année suivante une dizaine de départements suivirent cet exemple et en 1927 l’opération prit une dimension nationale avec un timbre «  Baiser du Soleil ». Il en fut vendu 138 millions de timbres.  Tous les ans les enfants des écoles allaient ainsi au devant de la population afin de récolter des fonds. Jusqu’à ce que la tuberculose ne soit plus qu’un lointain souvenir. Dans les années 1960- 1970 l’impact de ce type de campagne diminue fortement en parallèle avec l’impact des campagnes de prévention et de vaccination.  Une nouvelle approche s’impose en mettant l’accent sur les maladies respiratoires…
 
Qui parmi les lecteurs de cet article n’a pas un jour vendu ou acheté un timbre antituberculeux ?
 
Qui parmi les lecteurs de cet article n’a pas un jour vendu ou acheté un timbre antituberculeux ?
 +
 +
[[Image:Timbre_at_2_001.jpg‎]][[Image:Timbre_at_1_001.jpg‎]]
  
  

Version actuelle en date du 26 juillet 2013 à 09:59

Comme nous le verrons le financement de nombreuses actions de prévention et de lutte contre la tuberculose va être assuré en faisant appel à la générosité publique. La France ne va pas innover en ce domaine. Elle va tout simplement copier ce qui se fait à l’étranger. C’est un receveur des Postes danois, Finar Holboll, qui aura l’idée d’utiliser des vignettes non postales pour une cause d’utilité publique et plus particulièrement la lutte contre la maladie. La famille royale résidant régulièrement en été à proximité de son lieu de travail il demanda une audience au roi, lui exposa son projet et le souverain Christian IX approuva cette idée originale. Il fallait de plus profiter des moments de générosité de la population et plus particulièrement à Noël et pour les vœux de la nouvelle année pour promouvoir cette initiative. Ainsi en fin d’année 1904 les Danois et les Islandais ce virent proposer dans les bureaux de poste une vignette d’un prix modique (2,5 centimes de l’époque) avec le portrait de la reine Louise. Les postiers touchaient 10 % des sommes collectées et destinées à leur caisse de retraite… Ce fut un succès, les gens collaient cette vignette sur leurs lettres en sus du timbre réglementaire. L’opération fut renouvelée l’année suivante, et ainsi de suite. Les pays voisins, la Suède, la Norvège, puis la Suisse, imitèrent le Danemark. Puis l’idée traversa l’Atlantique et en 1907 les petites vignettes envahirent les enveloppes des Américains en fin d’année. L’impact de cette initiative permit de récolter des millions de dollars et de financer en quinze ans 700 sanatoriums et 6 000 écoles de plein air.

L’emblème de la lutte contre la tuberculose fut la Croix de Lorraine (rouge sur fond blanc), choisi sur proposition du docteur Serviron (un Français) lors d’une conférence internationale à Berlin en 1902. Le symbole se voulait fort en adoptant une croix portée lors de l’entrée des Croisés à Jérusalem en 1099 … La France ne se rallia à ce type d’opération qu’en 1925, d’abord en Meurthe-et-Moselle ; outre les bureaux de poste, les timbres antituberculeux étaient vendus chez des commerçants et au porte à porte par les enfants des écoles.

Timbre 1.jpg

Ce fut un succès, 2 600 000 timbres à dix centimes furent vendus en peu de temps. L’année suivante une dizaine de départements suivirent cet exemple et en 1927 l’opération prit une dimension nationale avec un timbre «  Baiser du Soleil ». Il en fut vendu 138 millions de timbres. Tous les ans les enfants des écoles allaient ainsi au devant de la population afin de récolter des fonds. Jusqu’à ce que la tuberculose ne soit plus qu’un lointain souvenir. Dans les années 1960- 1970 l’impact de ce type de campagne diminue fortement en parallèle avec l’impact des campagnes de prévention et de vaccination. Une nouvelle approche s’impose en mettant l’accent sur les maladies respiratoires… Qui parmi les lecteurs de cet article n’a pas un jour vendu ou acheté un timbre antituberculeux ?

Timbre at 2 001.jpgTimbre at 1 001.jpg


Lien vers un autre article avec de nombreux timbres. [1]