Le Docteur Violette : Différence entre versions

De www.wikiarmor.net
(Nouvelle page : Docteur en médecine et licencié en droit, Abel Violette a joué un rôle déterminant dans la lutte contre la tuberculose dans le département des Côtes-du-Nord. Il créé avec pe...)
 
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Docteur en médecine et licencié en droit, Abel Violette a joué un rôle déterminant dans la lutte contre la tuberculose dans le département des Côtes-du-Nord. Il créé avec peu de moyens le premier dispensaire d’hygiène sociale à Saint-Brieuc en janvier 1918 dans les dépendances de l’hospice, en annexe du laboratoire d’hygiène. Ce dispensaire a vocation de prendre en charge les tuberculeux mais également les personnes touchées par des maladies spéciales et de la peau.
 
Docteur en médecine et licencié en droit, Abel Violette a joué un rôle déterminant dans la lutte contre la tuberculose dans le département des Côtes-du-Nord. Il créé avec peu de moyens le premier dispensaire d’hygiène sociale à Saint-Brieuc en janvier 1918 dans les dépendances de l’hospice, en annexe du laboratoire d’hygiène. Ce dispensaire a vocation de prendre en charge les tuberculeux mais également les personnes touchées par des maladies spéciales et de la peau.
 
Il analyse la situation à Saint-Brieuc et fait remarquer que les quartiers populaires des rues Fardel , Quinquaine , du Lin et du Gouet comporte un nombre important d’habitants touchés par la tuberculose, des taux de 61 à 146 morts pour 10 000 habitants alors que le quartier Saint-Michel un peu plus loin n’a qu’un taux de 16 pour 10 000.
 
Il analyse la situation à Saint-Brieuc et fait remarquer que les quartiers populaires des rues Fardel , Quinquaine , du Lin et du Gouet comporte un nombre important d’habitants touchés par la tuberculose, des taux de 61 à 146 morts pour 10 000 habitants alors que le quartier Saint-Michel un peu plus loin n’a qu’un taux de 16 pour 10 000.
 +
[[catégorie:Le Centre Hélio-marin de Saint-Laurent-de-la-Mer à Plérin et la lutte contre la tuberculose dans les Côtes-du-Nord]]

Version actuelle en date du 8 janvier 2013 à 14:55

Docteur en médecine et licencié en droit, Abel Violette a joué un rôle déterminant dans la lutte contre la tuberculose dans le département des Côtes-du-Nord. Il créé avec peu de moyens le premier dispensaire d’hygiène sociale à Saint-Brieuc en janvier 1918 dans les dépendances de l’hospice, en annexe du laboratoire d’hygiène. Ce dispensaire a vocation de prendre en charge les tuberculeux mais également les personnes touchées par des maladies spéciales et de la peau. Il analyse la situation à Saint-Brieuc et fait remarquer que les quartiers populaires des rues Fardel , Quinquaine , du Lin et du Gouet comporte un nombre important d’habitants touchés par la tuberculose, des taux de 61 à 146 morts pour 10 000 habitants alors que le quartier Saint-Michel un peu plus loin n’a qu’un taux de 16 pour 10 000.