Site de Crokélien

De www.wikiarmor.net
Site de Crokélien
Commune Le Gouray
Téléphone 02 96 30 21 61
Site web Site officiel


Crokelien.jpg

Berceau et château des fées Margot


Le Mont Croquelien est situé sur le territoire de la commune du Gouray.

La formation du mont Croquelien remonte à l'ère primaire (-600 à -200 millions d'années).
Sur une butte, un amas de blocs. Sous l'emprise des eaux et des racines, de l'oxydation de la pierre, des variations de températures, le temps, le massif granitique a connu d'importantes désagrégations chimiques et mécaniques au fil des millénaires. Il forme aujourd’hui un chaos aux noms évocateurs : la Baignoire de Margot, la Marmite des fées , le Portefeuille ou la Pierre Tremblante.

Ce lieu est le théâtre de nombreuses légendes, collectées à la fin du XIXè siècle par Paul Sébillot, historien et ethnologue breton, originaire de Matignon.

Ce passionné de traditions populaires recueille de nombreuses légendes et chansons orales de la Haute Bretagne et les transcrit dans plusieurs ouvrages.
Dans «Légendes locales de la Haute Bretagne. Le monde physique », chapitre 2 « la Terre », pages 106 à 115, sous chapitre VII « les Margot la fée », Paul Sébillot présente cette rude contrée de « Crokélien », qui était, au dire des croyances populaires, le domaine des fées Margot ou « Margot la fée », discrètes et parfois espiègles, qui peuplent encore de nos jours l'imagination de tous les habitants du Mené, les «menauds».
On raconte par exemple qu'un des dolmens contiendrait une barrique d'argent, qu'on ne peut enlever que le jour de Pâques, et ce, à condition de garder le silence le plus absolu. Un jour, des hommes de la région auraient réussi à saisir la barrique avec des cordes, mais au moment où elle commençait à sortir, l'un d'eux aurait dit "tiens bon, je l'avais" et, aussitôt, la barrique aurait disparu…

Jhb.jpeg


Dans « Joyeuses Histoires de Bretagne », paru en 1910 aux Editions Fasquelle ( réédité en 1983 chez l’éditeur Yves Salmon, un recueil de « récits comiques ou facétieux », Paul Sébillot publie un texte intitulé « Les fées et la cochonnaille », conté en 1881, par Pierre Ramet de la ViIle-Doualan, petit village du Gouray situé juste au pied de Croquelien, où vit encore l'un de ses descendants.

Dans ce recueil, on trouve également des textes contés en 1881 par un autre habitant de la commune, un certain JM Commault, âgé à l'époque de 15 ans : « Le filleul du pillotous », « Le coq et le renard », « Grand vent », « Qui trop convoite n’a rien »





On peut voir d'autres photos du Site de Croquelien sur Panoramio


Page mise à jour par Jean-Yves Hamet le 2 février 2013 à 22:44 (UTC)