Pierre Petit

De www.wikiarmor.net

Pierre Petit, originaire de La Rochelle, né en 1901, exerce la profession de plombier dans une entreprise de Saint-Brieuc. Militant communiste, il est élu secrétaire général adjoint de l’Union départementale C.G.T lors du congrès d’avril 1937 et l’année suivante secrétaire du syndicat du bâtiment. Pierre Petit a également à son actif un rôle important dans l’organisation du Secours Rouge International et l’aide aux réfugiés espagnols aux côtés de Louis Guilloux.

Au cours de la guerre, il maintient la C.G.T clandestine et devient un des responsables du P.C.F clandestin et du Front National à Saint-Brieuc. C’est à ce titre qu’il est contacté par l’abbé Jules Chéruel pour tenter de coordonner la Résistance du département des Côtes du Nord à partir du printemps 1943. En juillet 1943, sur le point d’être arrêté dans le cadre d’une rafle visant les milieux syndicaux il s’échappe et trouve refuge, avec son fils, d’abord à Nantes. Ensuite le père Petit et son fils sont mutés à Paris et sont mis au service de Louis Saillant, secrétaire de la C.G.T clandestine. A la suite d’une dénonciation Pierre Petit est arrêté à Paris avec Elise Cabossel, secrétaire de Saillant et Alice Mayer, trésorière de la C.G.T mais ils réussissent à tromper la Gestapo et retrouvent la liberté. Pierre Petit participe à la libération de Paris et retrouve les Côtes du Nord à l’automne 1944. Il reprend sa place au sein de la C.G.T et siège notamment dans la commission d’épuration des entreprises du Bâtiment et des Travaux Publics.

Souce: Alain Lozac'h, Petit lexique de la deuxième guerre mondiale en Bretagne, Éditions Keltia Graphic, Spézet, 2005