Notre Dame-de-Bon-Secours

De www.wikiarmor.net
Notre Dame-de-Bon-Secours
Commune
Téléphone
Site web


Notre dame de bon secours.jpg
Eglise romane, remplacée par un édifice gothique.
Construit entre la fin du XIIIè et le milieu du XIVè siècle, l'édifice est complété au XVè par une abside polygonale.

En 1535, toute la partie sud-ouest s'écroule, et sa reconstruction entamée dès 1537 dure cinquante ans. Au lieu de la reconstruire en style gothique, la fabrique fait appel à un jeune maître d'œuvre local, Jean Le Moal. Il adopte une décoration de style Renaissance avec candélabres, masques, gargouilles, et de nombreuses coquilles Saint-Jacques qui rappellent le rôle ancien de Guingamp, étape des pèlerins de Compostelle. La statue de Notre-Dame de Bon Secours, Itron Varia Gwir Zikour; est exposée dans une chapelle située sur la façade nord de l'église, dite portail de Notre-Dame On la date du XIVè mais il pourrait s'agir d'une copie du XVIIè siècle. Le visage noirci de la statue en fait une des rares Vierges noires de l'ouest de la France. L'église gothique à chevet plat, dont la construction se termine vers le milieu du VIVè, possède un chœur dont les nefs latérales sont aussi élevées que la partie centrale. La construction d'une abside et d'un déambulatoire, à la fin du XVè siècle, déséquilibre les piliers. il faut alors les renforcer par des arcs-boutants intérieurs, solution d'urgence qui se révèle efficace. On remarquera des panneaux polychromes en bas-relief, d'influence flamande. Ils représentent la Flagellation du Christ, la Montée au calvaire, la Mise au tombeau et la Résurrection. Les orgues placées à l'ouest de la grande nef sont transférées en 1865 dans la chapelle Saint-Jacques. Le buffet ancien est réutilisé selon les plans de Sigismond Ropartz qui l'adapte à son nouvel emplacement tout en conservant la plupart des éléments de celui de 1647, fabriqué par le menuisier rennais Jan Fosset.

Lors des travaux de réfection du porche Notre-Dame (1852-1854), on inclut un labyrinthe dans le pavement du porche. Symbole de la quête d'une vie intérieure, il illustre la parole de l'Écriture : "Le Royaume de Dieu est au-dedans de vous". Parcouru à genoux par les fidèles, il commence au pied du bénitier pour aboutir à la plaque centrale où sont insérés trois fleurs de lys et les mots "Ave Maria".