Louis Guilloux (1899-1980)

De www.wikiarmor.net

Louis Guilloux, écrivain français né à Saint-Brieuc le 15 janvier 1899 et décédé le 14 octobre 1980 dans la même ville.

Dans la Résistance

Louis Guilloux, écrivain né en 1899 et installé à Saint-Brieuc, adhère au mouvement Front National après la Libération. Durant l’Occupation, il n’a pas appartenu à un mouvement et n’a pas participé à des actions de la Résistance. Il a eu néanmoins une attitude patriotique. Son livre « Le Pain des rêves » obtient en 1942 le prix Populiste. Louis Guilloux joue le rôle d’intermédiaire afin que plusieurs responsables puissent esquisser une ébauche de ce qui deviendra le C.D.L des Côtes du Nord. Il a hébergé chez lui une résistante recherchée par les Allemands (Hélène Chevalier). Louis Guilloux engagé dans la lutte antifasciste en tant qu ‘écrivain, ayant apporté sa contribution au sein du Secours Rouge dans l’aide aux réfugiés espagnols avant la guerre, trouve probablement dans le Front National de Jean Devienne une réponse à sa réticence à s’engager dans un parti. On sait que le mouvement développe une stratégie au-dessus des partis avec un objectif de large rassemblement au-dessus des querelles partisanes. Dans son livre O.K Joe, Louis Guilloux évoque ses fonctions d’interprète auprès de l’armée américaine et le brassard F.N. qu’il portait sur lui. Il participe au Congrès national du Front National à Paris en janvier 1945. Le numéro du Patriote de l’Ouest, journal du F.N, du 25 mai 1945 s’ouvre sur un article de l’écrivain qui retranscrit le témoignage de Maria Le Chevalier rescapée de Ravensbrück. Il donne par la suite des articles à ce journal et entame une rubrique régulière intitulée « Savoir lire ». Il met notamment l’accent sur la nécessité d’une véritable politique de la lecture en France. Louis Guilloux est mort en octobre 1980 à Saint-Brieuc.