Libération Nord

De www.wikiarmor.net

Le mouvement Libération-Nord est créé dès le début de l’Occupation par des syndicalistes et des socialistes parmi lesquels des responsables de la C.G.T et de la C.F.T.C, notamment Louis Saillant, Gaston Tessier et bien d’autres. Il s’agit d’un premier regroupement de forces de la mouvance socialiste alors que la S.F.I.O a été interdite, ainsi que les syndicats par le régime de Vichy. Le mouvement reprend le flambeau de la lutte alors qu’une grande partie des parlementaires socialistes a apporté ses voix le 10 juillet 1940 à Laval et Pétain et que des syndicalistes ont rallié le nouveau régime. Le mouvement publie un journal «  Libération » diffusé dans toute la zone occupée. Le chef du mouvement, Christian Pineau, se rend à Londres deux fois auprès du Général de Gaulle afin de faire connaître et reconnaître Libé-Nord par le chef de la France Libre. En Bretagne, le mouvement se développe en 1941 grâce à François Tanguy-Prigent et Jean Gosset. Les milieux socialistes, syndicalistes et la fonction publique constituent le terrain de recrutement principal du mouvement.

En mai 1943, à Rennes, Heurtier pharmacien, constituent avec son fils, Honoré Commeurec, Guyader et Louviot le premier noyau du mouvement. Des quatre départements bretons, les Côtes du Nord furent organisés l’avant dernier, le dernier étant le Morbihan. Les membres de Libération-Nord hébergent et s’occupent de l’évasion d’aviateurs alliés (réseau d’évasion Bordeaux-Loupiac et de renseignements Cohers-Asturies et Eleuthère.)

En Bretagne les principaux responsables de Libération-Nord furent : En Côtes du Nord, Georges Heurtier déporté, Yves Lavoquer, Guennebaud, Charles Bescont. Dans le Finistère, Aldéric Lecomte, Louis Dupoux En Ille et Vilaine, Honoré Commeurec, Victor Louviot Dans le Morbihan, Maurice Marchais, Joseph Rollo En Loire-Inférieure, Gabriel Goudy, Jean-Baptiste Daviais, etc.