Les transformations liées à l'arrivée du chemin de fer

De www.wikiarmor.net

Les transformations urbaines liées à l’arrivée du chemin de fer[modifier]

L’arrivée du chemin de fer dans les villes et villages bouleverse la structure urbaine. Les gares sont construites à la périphérie, là où on a pu trouver des terrains libres pour le passage des voies, l’implantation des dépôts et bien évidemment de la gare qui va devenir un nouvel élément qu’il va falloir raccrocher à la ville. Certains auteurs n’hésitent pas à parler de nouvelle cathédrale de la révolution industrielle pour évoquer les gares les plus importantes avec leur verrière, leur hall de grande hauteur, leurs salles d’attente,…

Dans toutes les grandes villes se construisent alors de nouvelles rues et boulevard permettant de rejoindre le chemin de fer. D’une manière générale un boulevard latéral est réalisé longeant la gare et trouvant un franchissement inférieur ou supérieur des voies afin de désenclaver les terrains et quartiers situés derrière la gare. Un boulevard est également réalisé ou prolongé de façon à relier le centre ville et la gare. Deux types de quartier voient ainsi le jour ; l’un coté façade avec une cour fermée, des hôtels et restaurants destinés à accueillir les voyageurs ; l’autre derrière la gare, souvent le quartier dans lequel les cheminots vont s’installer près des dépôts et des voies.

à Saint-Brieuc[modifier]

A Saint-Brieuc, la gare est construite sur le plateau près du séminaire. Il est ainsi prévu d’élargir un boulevard au nord de la gare, élargir un chemin vicinal et prolonger la rue des Jardins. Pour y accéder, un boulevard sera construit de part et d’autre de la gare, parfaitement rectiligne et longeant la nouvelle voie ferrée. Il est prévu une chaussée de huit mètres de large, de larges trottoirs avec d’un côté une contre-allée bordée d’arbres. Ces aménagements font l’objet d’une enquête publique qui se déroule en février puis en mars 1861 ; La ville accepte le choix du site définitif, les modifications de voirie et de prendre à sa charge une part des travaux pour 14 745 francs. Les travaux commencent en mars 1863. L’emprise de la gare s’étend sur une longueur de 700 mètres et une superficie totale de près de 12 hectares.

Saint-Brieuc:La rue de la gare

St brieuc rue de la gare.jpg

La création des stations balnéaires[modifier]

Le développement du réseau de chemin de fer desservant la Bretagne amena bien évidemment la multiplication des voyages dans les deux sens. Le flux de la Bretagne vers la région Parisienne et d’autres régions industrielles concerne ce que l’on appelle l’exode rural qui au cours du XIX° siècle frappe notre région. De nombreux bretons vont trouver du travail à Paris sur les chantiers, dans les compagnies de chemins de fer, dans la bassa Seine (Rouen, Le Havre) qu’il est dorénavant facile de rejoindre en quelques heures. Le train permet aussi le retour au pays de temps en temps. Dans l’autre sens vont se développer les voyages touristiques vers une région pittoresque que vantent les affiches des Compagnies de l’Ouest et de Paris-Orléans. Les compagnies proposent des billets à tarifs spéciaux pour se rendre sur les plages de Bretagne, visiter le Mont-Saint-Michel, les villes médiévales comme Dinan , etc.

L’arrivée du chemin ouvre la Bretagne à de nouvelles populations, mais permet aussi à l’exode des populations de trouver du travail dans d’autres régions industrielles ou la région parisienne vers lesquelles les liaisons sont facilitées.

Ainsi au cours de cette deuxième moitié du XIX ° siècle se développe ce que l’on va appeler couramment le tourisme. Les compagnies de chemins de fer vont bien évidemment contribuer à cet essor en proposant une tarification spéciale pour des séjours en bords de mer, à la montagne et bien sûr en Bretagne.

AFFICHE CDF OUEST 96.95.9.jpeg

L’arrivée du chemin de fer contribue également à la création de stations balnéaires dont une partie des résidents accèdent grâce au train. En Bretagne la côte d’Emeraude avec la mise en service de la ligne Rennes-Saint-Malo attire une nouvelle population en sus des Anglais qui traversent la Manche

Dès que le chemin de fer permet de se rendre en Bretagne de nombreux artistes quittent la capitale avec leur attirail de peintre. Ainsi alors que se développe le mouvement impressionniste. Nombreux sont les artistes à trouver en Bretagne une nouvelle source d’inspiration. Gauguin à Pont-Aven, Monet à Belle-Île en Mer en 1886.