Le comité départemental de Libération

De www.wikiarmor.net

Dans cet article nous allons retracer l'histoire du Comité Départemental de Libéartion des Côtes du Nord ( C.D.L) de sa création dans la clandestinité à sa dissolution en 1945.


Un C.D.L est formé dans chaque département après la création du Conseil National de la Résistance. Il unit pour l ‘action et dans l’action l’ensemble des forces résistantes du département ; représentants des mouvements de Résistance, des grandes organisations ouvrières résistantes, des représentants des grandes tendances politiques locales ou des partis, et éventuellement, de personnalités locales, non engagées dans un mouvement ou un parti, mais dont l’attitude patriotique est irréprochable. Chargés de rassembler les forces de la Résistance, la mission des C.D.L se différencie selon le temps.

 Dans la période clandestine : coordonner l’action immédiate contre l’ennemi et ses complices, préparer l’insurrection nationale en liaison étroite avec l’Etat-Major local des F.F.I et la tâche des pouvoirs publics pour le jour de la Libération.

 Dans la période insurrectionnelle : entraîner et coordonner l’action des patriotes pour la dislocation des forces allemandes et l’anéantissement des agents de l’ennemi. Faciliter l’établissement des nouveaux pouvoirs publics et notamment des représentants du pouvoir central.

 Après l’installation des nouvelles autorités : être la représentation provisoire de la population du département auprès des autorités désignées par le pouvoir central et aider celles-ci dans leur tâche.

Dans chacun des départements bretons, un C.D.L. est ainsi créé au cours de l’hiver 1943-1944 dans la clandestinité avec l’appui des émissaires du CNR et de Londres. Plusieurs C.D.L sont en partie disloqués après la vague d’arrestations de février 1944 qui touche plus particulièrement Libération-Nord. Par précaution Victor Le Gorgeu et François Tanguy-Prigent chargés de leur mise en place évitent de se rendre en Bretagne. Ils agissent par personnes interposées, l’abbé Chéruel et Yves Lavoquer. Tous les quatre se rencontrent à Paris pour faire le point. En mai 1944 les C.D.L ont été remis sur pieds. Les C.D.L. bretons furent présidés par les personnalités suivantes :

Dans les Côtes du Nord par Henri Avril, puis à partir de juin 1945 par Maurice Barré.

Dans le Finistère par Adolphe Le Goaziou puis par Louis Dupoux à partir de janvier 1945.

Dans l’Ille et Vilaine par Honoré Commeurec (arrêté en mars 1944 et déporté) puis par Ernest Kerambrun, par Milon pendant quelques semaines au cours de l’été 1944, enfin par C.Heurtier.

Dans la Loire-Inférieure par Gabriel Goudy, Jean-Baptiste Daviais puis Auguste Peneau.

Dans le Morbihan par Prosper Chubert arrêté en février 1944 et déporté, puis par Jean Camenen.


Les membres du C.D.L des Côtes du Nord : Jean Métairie,L’ Abbé Fleury,Madame Halna du Fretay,Madeleine Bello,Henri Avril,Maurice Barré,Docteur François Bellec, Charles Bescont,Abbé Jules Chéruel,Jean Devienne (dit François),Michel Geistdoerfer,Yves Henry,Georges Heurtier,Yves Lavoquer,Auguste Le Coënt,Théodore Le Coz,Christian Le Guern,François Le Jean,Stanislas Le Moel,Pierre Moalic,Ferdinand Nicolas,Jean Le Paranthoen,Georges Rocher,Charles Royer,Francis Rouvrais.