La mission Rockfeller

De www.wikiarmor.net

La fondation Rockefeller

Le rôle des Américains dans le déclenchement de cette campagne de lutte préventive contre la tuberculose est donc essentiel que ce soit sur le plan de la «  propagande », mais aussi des moyens financiers mis en œuvre à la fin de la première guerre mondiale. La fondation Rockefeller est créée en 1913 avec des moyens financiers et humains conséquents. Elle se donne pour objectif « le bien-être  de l’humanité ». Elle va ainsi s’intéresser à divers fléaux qui frappent les populations du globe (le typhus en Serbie par exemple). L’idée a germée durant l’hiver 1915-1916 de venir en aide aux populations. Une expertise de la situation est conduite en région parisienne par Wallace Sabine, un physicien américain professeur à la Sorbonne. A la suite du rapport remis en septembre 1916 un plan d’action est adopté en octobre 1916 par la Fondation, soit quelques mois avant que les U.S.A ne s’engage dans le conflit. Cette O.N.G envoie en France une commission en juillet 1917 dirigée par le Docteur Livingston Farrand et durant cinq ans elle va jouer un rôle important dans la lutte et la prévention contre la tuberculose. La Croix-Rouge américaine de son côté apporte des secours aux populations civiles victimes du conflit, notamment pour les orphelins, les réfugiés et les tuberculeux. Vingt-cinq hôpitaux destinés aux victimes de la tuberculose sont ouverts par cette organisation en France. Les U.S.A qui aident déjà les alliés contre l’Allemagne dans le conflit qui a débuté en 1914 entrent en guerre en avril 1917. Ainsi à l’aide humanitaire vient s’ajouter un corps expéditionnaire américain débarquant dans les ports de Brest et de Saint-Nazaire en 1917.

Voir un article plus important disponible sur Gallica : [1]


La mission en Bretagne

Opérationnelle au mois de décembre 1917 la mission est constituée de cinq équipes qui vont parcourir les routes de France. Priorité est donnée aux régions les plus touchée par la tuberculose ; c’est le cas de la Bretagne. Un état de la situation a été établi par la mission, elle est en relation avec les structures locales et départementales qui agissent déjà dans ce domaine suite aux initiatives engagées par l’Etat. L’équipe numéro 2 se charge de la Bretagne et commence ses périples au cours du printemps 1918, dotée de moyens importants que l’on n’a rarement vu dans notre région ; des camions, un cinéma ambulant, des affiches, des tracts. La mission dirigée par la docteur Livingston Farrand, directeur de la mission et président de l’université du Colorado, arrive d’abord à Rennes en mars 1918 ; elle est accueillie par le docteur Anastase Follet qui préside l’office départemental de défense contre la tuberculose. La réception officielle se déroule le 11 mars au grand théâtre de Rennes bondé pour accueillir ces envoyés des U.S.A. Les membres de la mission sont tous ou presque bilingues, ce qui facilite les contacts. Elle a néanmoins recruté des Français pour l’assister.

Photographie dela mission Rockfeller en Bretagne.

Louis-ferdinand-celine-une-pensee-medicale1.png

Ainsi dans cette équipe se trouve le jeune Louis Destouches qui anime également des conférences. Il a séjourné en Angleterre quelques mois auparavant après avoir été démobilisé. Il fera d’ailleurs la conquête de la fille du docteur Follet durant ce séjour à Rennes et ils se marieront après la guerre à Quintin en août 1919. Tout cela pour évoquer en quelques mots ce grand et décrié écrivain que fut Louis-Ferdinand Céline, pseudonyme de Louis Destouches. Après l’Ille-et-Vilaine la mission se rend dans le Morbihan, elle atteint le sud du Finistère au début de l’été 1918. Elle est reçue à Brest le 11 août à l’hôtel de ville en présence de toutes les autorités civiles et militaires ; le champagne coule à flot. Le lendemain une conférence est organisée au théâtre. Le docteur Bruno que l’on retrouvera à Saint-Brieuc prononce la conférence. Brest est depuis plusieurs mois au contact des Américains qui y débarquent des milliers d’hommes et de tonnes de matériel. L’équipe N°2 reste une semaine à Brest, puis prend la route de Morlaix avant d’atteindre les Côtes du Nord en octobre 1918. Au fléau de la tuberculose vient s’ajouter à cette même époque celui de la grippe espagnole qui fera des centaines de victimes dans le département. La mission visite de nombreuses villes  ; elle se trouve à Dinan quand, le 11 novembre 1918, l’armistice tant attendu est signé. La guerre est finie… les boches sont vaincus, reste à vaincre la tuberculose…

Carte rockefeller 1.jpg Carte rockefeller 2.jpg


Ainsi sur le plan sanitaire se mettent en place diverses structures, des pavillons spéciaux dans les hôpitaux, des sanatoriums, des préventoriums, des écoles de plain air. La mission Rockefeller va apporter une impulsion nouvelle, décisive notamment du fait qu’elle dispose de moyens financiers considérables avec une grande liberté d’affectation des crédits, contrairement à la lourdeur de la machine administrative française.