La Horaine (bateau des Phares et Balises)

De www.wikiarmor.net

Les agents du service des Phares et Balises de Lézardrieux, dans les Côtes du Nord, se distinguent en permettant à des résistants de rejoindre l’Angleterre emportant avec eux les renseignements collectés par le réseau Cohors-Asturies. C’est grâce à l’action du chef du service des Phares et Balises de Lézardrieux, André Le Bras, que la vedette La Horaine chargée d’assurer la relève des gardiens de phares part en Angleterre. En mars 1943, une première tentative de s’emparer du bateau mouillé à Lézardrieux échoue et cause six arrestations suivies de déportations. Il est alors convenu de se rendre maître de la vedette en novembre 1943 en profitant de la relève du gardien de phare des Roches Douvres. La récupération d’un groupe de vingt personnes, dont quatorze aviateurs alliés, initialement prévue à l’îlot Istan, dans l’anse de Gouermel près de Plougrescant échoue de peu à cause de la mauvaise visibilité lors de la nuit du 22 novembre 1943. Le rapport des Ponts et Chaussées en date du 24 novembre qui dresse le constat de la disparition de la vedette La Horaine indique que quatre hommes étaient à bord ; Louis-Marie Thomas, matelot-baliseur, Pierre Richard, auxiliaire, Jean-Marie Le Meur, ancien gardien du phare des Triagoz, employé au Parc des Ponts et Chaussées et Yves Jézéquel, inscrit sur le rôle de l’équipage, fils du maire de Lézardrieux. Il y avait également le gardien de phare Charles Jézéquel. Ils arrivent au port de Darthmouth le 23 novembre au matin.