Front National

De www.wikiarmor.net

Le Front National de Lutte pour l’Indépendance de la France est créé à l’instigation du Parti Communiste au début de l’été de 1941. Il s’incrit ainsi dans les directives de l’Internationale Communiste qui préconise dès avril 1941 la constitution d’un large front uni dans lequel le parti jouera le rôle d’avant-garde.

Les premiers textes du Front National contiennent des prises de position qui sont celles du P.C.F depuis le début de la guerre, notamment une opposition aux Anglais et dans « le mouvement de De Gaulle, taxé d’inspiration réactionnaire et colonialiste à l’image de l’impérialisme britannique ».Après avoir lancé un appel à la constitution d’un large front, le parti contacte des personnalités ( Joliot-Curie, Wallon, Debû-Bridel, etc.) de tous milieux afin de rassembler au-delà de ses rangs un mouvement au sein duquel les divergences politiques, religieuses sont s’éclipser. L’attaque, fin juin 1941, de l’URSS par les troupes du III° Reich et donc la rupture du pacte germano-soviétique que le P.C.F avait soutenu ouvre le champ libre à la résistance communiste. Le Front National, surtout à partir de la fin de l’année 1942, va devenir l’un, sinon le plus important des mouvements de résistance surtout en zone Nord grâce à une ouverture à tous les milieux socioprofessionnels, politiques, philosophiques et religieux. Il comptera notamment dans ses rangs plusieurs ecclésiastiques. Des organisations parallèles sont créées s’adressant aux écrivains, aux avocats, aux médecins, aux jeunes, aux femmes, etc. Cette tactique permet aux communistes de sortir de leur isolement et de pendre toute leur place au sein des instances de la Résistance. Le Front National est dirigé par Pierre Villon pendant la clandestinité. A la Libération, la direction du FN est confiée à Frédéric Joliot-Curie, prix Nobel de chimie en 1935.

L’implantation du Front National s’effectue au cours de l’année 1942 en s’appuyant dans un premier temps sur le réseau des militants et adhérents du P.C.F et de ses organisations satellites. Dans les Côtes du Nord, Louis Pichouron, militant communiste, installé à Plouguiel commence à sillonner son secteur trégorrois pour y créer les premiers groupes du F.N. après avoir reçu des instructions en ce sens de Pierre Le Queinec , responsable du PC clandestin. Le Front National publie des journaux clandestins comme le Patriote des Côtes du Nord et Le Pays Gallo en Ille et Vilaine.

Parmi les responsables du Front National en Bretagne mentionnons Jean Devienne dans les Côtes du Nord, Louis Leroux en Ille et Vilaine, Libertaire Rutigliano en Loire-Inférieure.