Centurie

De www.wikiarmor.net

La partie côtière entre Saint-Malo et Le Havre n’était couverte en 1940-41 par aucun réseau. Le B.C.R.A. avec l’aide de Rémy réussit à contacter quelques responsables de l’ Organisation Civile Militaire (O.C.M) qui acceptent de se charger de la région normande. Le chef du réseau est un Ingénieur des Ponts et Chaussées en poste à Caen, Eugène Meslin, contacté dès avril 1942 par Marcel Girard, chef du réseau dans l’Ouest de la France.

Ce réseau s’implante donc parallèlement à celle du mouvement O.C.M. En Ille et Vilaine il est surtout présent le long du littoral dans le secteur de Saint-Malo et de Dinard et comptait une trentaine de membres. Il trouve son prolongement de l’autre côté de la Rance. En effet en juillet 1943, l’O.C.M charge Maurice Barré (abbé) de Dinan de mettre sur pied le réseau Centurie sur une zone allant de Dinan à Morlaix.

A Saint-Brieuc, l’agent du réseau est Jean-Baptiste Tassel, ancien chef de division à la Préfecture, chef local du Front National et qui est chargé du secteur s’étendant de cette ville à Roscoff. Emile Conan, Ingénieur des T.P.E en est membre, il est responsable du bureau des Transports au service des Ponts et Chaussées, service bien placé pour disposer d’informations sur l’activité des entreprises qui travaillent pour les Allemands. Le réseau comptait 39 membres essentiellement dans l’est du département des Côtes du Nord. Un entrepreneur dans le B.T.P le tenait au courant des travaux réalisés par les Allemands au camp d’aviation de Pleurtuit. Il en est de même pour les responsables de l’entreprise de travaux électriques C.E.E.M. Le réseau, outre ces activités de renseignements apporte également une aide aux réfractaires du S.T.O en fabriquant de faux papiers. Dans le Finistère, un groupe est créé dans le secteur de Morlaix-Saint-Pol de Léon avec M.Tilly de Locquirec et M. de Lantivy de Morlaix.