Aristide Sicot

De www.wikiarmor.net

Né en 1919, Aristide Sicot après une période à l’Ecole des Sous-Officiers de Saint-Maixent quitte un Chantier de la Jeunesse mis en place par le régime de Vichy pour rejoindre en avril 1941 Saint-Cast. Ayant obtenu un poste d’enseignant à Plouaret, il tente de prendre contact avec la Résistance. C’est un agent du S.O.E qui finalement lui permet d’entrer dans un réseau qui s’appellera « Var ». La maison familiale de Saint-Cast est idéalement placée pour recevoir des aviateurs alliés ou des résistants avant un départ Outre-Manche. Quatre opérations sont ainsi menées. La dernière, durant la nuit de Noël 1943, ayant failli tourner à la catastrophe, il fallut mettre en place une autre filière. Aristide Sicot prospecte alors le littoral du côté de Guimaëc dans le Finistère-Nord en janvier 1944 et notamment la plage de Beg-An-Fry. C’est à cet endroit que se déroulent dorénavant les opérations de débarquement et d’embarquement de résistants et d’agents de la France Combattante. Ainsi François Mitterrand, alias Morland débarque le 26 février 1944 alors qu’Aristide Sicot fait le chemin inverse. Il part suivre un stage d’entraînement en Angleterre qui le mène ensuite, en tant que sous-lieutenant de l’armée anglaise, à Gibraltar. En 1945, Aristide Sicot dirige un centre d’accueil des prisonniers et déportés à Paris puis il reprend sa carrière dans l’enseignement. Il dirige des collèges publics dans les Côtes du Nord, notamment ceux de Quintin et de Bégard. Aristide Sicot est décédé le 14 juillet 2004.

Souce: Alain Lozac'h, Petit lexique de la deuxième guerre mondiale en Bretagne, Éditions Keltia Graphic, Spézet, 2005