Abbé Fleury

De www.wikiarmor.net

Né à Plumaugat le 30 janvier 1903 , Eugène Fleury est ordonné prêtre le 10 Juillet 1927, maître d’étude aux Cordeliers à Dinan avant l’ordination, puis il fut professeur à Saint-Charles (Saint-Brieuc ) en octobre 1936 avant d’être nommé Vicaire de l’Eglise Saint-Michel de Saint-Brieuc. «, L’abbé Fleury, très heureusement doué au point de vue littéraire et scientifique, possédait en outre de réelles qualité d’organisateur et une ténacité indomptable qui l’inclinèrent à se mettre au service de la Résistance pour la Libération de notre Pays », souligne l’abbé Le Duff lui même résistant dans la Chronique Nécrologique paru dans La Semaine Religieuse du 11 Août 1944 . Il dirigea en outre la Chorale, les Scouts ainsi que la Ligue Féminine d’Action Catholique, il est également responsable de l’Etoile Sportive.

Défense de la France

Il devient membre du mouvement Défense de la France par l’intermédiaire de l’Abbé Chéruel en mai 1943. L’abbé Fleury recrute par la suite M. Métairie dont la maison devint la P.C du groupe D.F. qui se structure ensuite à partir d’août 1943 à Saint-Brieuc autour de Métairie, Hauet ( masseur, chargé des faux papiers ) et du pharmacien gaulliste Gallais. En contact avec des membres du Comité Départemental de Libération clandestin il organise l’une des premières réunions du CDL dans sa sacristie de l’Eglise Saint-Michel. Par la suite il remplace son collègue Chéruel au sein du CDL quelques semaines. Lieutenant de réserve, il dirige avec Jean Métairie un groupe de Corps Francs sous le nom de « Vengeance » fort d’environ 450 hommes organisés militairement en sections, compagnies qui a plusieurs reprises se heurtèrent aux allemands avant le débarquement et qui seront intégrés par la suite dans l’Armée Secrète. L’abbé Fleury est désigné délégué militaire du Mouvement de Libération Nationale ( M.L.N), qui regroupe D.F, Libé-Nord, l’O.C.M et l’O .R.A ; Jean Métairie étant désigné chef départemental de l’Armée Secrète. Il aurait refusé de prendre le maquis pour échapper à la menace d’arrestation.

L'arrestation

L’abbé Fleury est arrêté par la Gestapo le 1° Juillet 1944 un peu après midi, puis interné à la prison de Saint-Brieuc. Ses amis s’efforcent de lui faire parvenir un colis pendant sa détention. Torturé pendant les interrogatoires. Le 10 les gardiens refusent les colis déclarant que l’abbé Fleury serait parti le matin vers Rennes. En fait il a été fusillé le jour même ,10 Juillet. Son corps est retrouvé dans une fosse commune de la Forêt de Malaunay par des ouvriers chargé d’abattre des arbres le long de la Route Nationale 12 quelques jours plus tard. Son corps est reconnu par l’Abbé Le Solleu de Plouagat ainsi que l’abbé Le Duff de Guingamp qui signale dans un courrier daté du 12 Juillet et adressé à l’Evêché qu’il a été appelé le matin à bénir une fosse commune découverte aux environs de Guingamp. Parmi les dix-sept cadavres que contenait ce charnier se trouvait celui d’un prêtre. Dans sa poche il y avait un mouchoir marqué E.F.